Si nous ne parlons pas du
VIH/sida dans notre
communauté, qui le fera ?
Campagnes (marketing social)
Le campagne « Maintenons-le en vie » a été lancée en 2006, comme une réponse directe à une directive contenue dans la stratégie de 
« briser le silence et créer un environnement favorable au travail de prévention », couplé avec les résultats de recherche du CACVO sur la stigmatisation liée au VIH/SIDA, le déni, la peur et la discrimination : expériences et de réponse des personnes issues des communautés africaines et caraïbéennes de Toronto.
Grâce à des rapports d'activités de sensibilisation communautaire, le CACVO a reconnu que compte tenu de la diversité au sein des communautés africaines, caraïbéenes et noires du Canada, et les réponses individuelles à l'acceptation de l'éducation au VIH, de la prévention et des tests de dépistage peuvent varier considérablement en fonction des affiliations religieuses, le temps de la migration, le pays d’origine, les attitudes envers la diversité sexuelle et le statut des femmes. En conséquence, le CACVO a développé une campagne de marketing social à l’échelle provinciale, campagne ciblant les communautés africaines, les caraïbéennes et noires, la première de son genre au Canada. La campagne qui a utilisé plusieurs forums, y compris par exemple la publicité de premier plan extérieur, les panneaux d'affichage, les arrêts d’autobus, la radio, les journaux communautaires, la télévision et l’internet, visant à accroître la sensibilisation au VIH et sa prévalence dans la communauté, encourager le dépistage et réduire la stigmatisation liée au VIH, par la promotion des valeurs qui sont chères aux communautés africaines, aux caraïbéennes et noires.

La campagne « Maintenons-le en vie » a été mise en œuvre à Hamilton, London, Ottawa, Peel, Sudbury, Thunder Bay, Toronto et Windsor.